Je joue, j'apprends

Dépasser les difficultés d'apprentissages

par l'intégration ludique des réflexes archaïques

 

Le jeu, premier moteur des apprentissages

 

Depuis son plus jeune âge, l'enfant apprend par le jeu et le mouvement.

Différentes recherches montrent que l’apprentissage par le jeu constitue un excellent environnement qui favorise le développement cognitif des jeunes enfants, particulièrement les capacités de réflexion essentielles au perfectionnement cognitif.

 

Dans le monde de l'intégration des réflexes archaïques, le jeu a une place primordiale car il permet aux enfants d'intégrer leurs réflexes actifs de façon ludique et spontanée.

Grâce à des jeux spécifiques, ils peuvent donc facilement surmonter les difficultés scolaires et comportementales dues à ce "caillou dans la chaussure" que sont les réflexes actifs.

 

A partir du moment où le réflexe est inhibé, l'enfant sera en capacité de contrôler ses gestes sans avoir à gérer les mouvements involontaires qui pouvaient lui mettre des étiquettes telles que : "hyperactif", "violent", lent", "inattentif", "incapable de se concentrer", etc.

 

Il aura alors acquis la maturité nécessaire à l'apprentissage de la lecture, de l'écriture, etc.

 

Les ateliers je joue, j'apprends

 

 

Ces ateliers seront axés sur l'intégration des réflexes souvent actifs chez les enfants en difficultés scolaires.

 

Ils seront limités à un nombre très restreint d'enfants afin de pouvoir :

Ä  Tester certains réflexes chez chaque enfant

Ä  Proposer des jeux d'intégration adaptés à tous

Ä  Permettre à chacun d'évoluer le plus efficacement possible dans le respect de son propre rythme

 

Chaque enfant s'engage sur un cycle de 10 semaines (hors vacances scolaires), à raison d'un atelier hebdomadaire. Ce cycle est renouvelable en cas de besoin. 

 

Les parents sont bien entendu sollicités pour soutenir leur enfant dans cette démarche d'intégration.

 

Un lien avec les enseignants et autres adultes navigant autour de l'enfant (psychomotricien, orthophoniste, psychologue, etc.) est tout à fait possible afin de mettre en place un travail d'équipe pour le bien-être de l'enfant.

 

Quelques réflexes en jeu lors de difficultés d'apprentissages

Le Réflexe Tonique du Cou (RTL)

 

En position couchée sur le dos, si on amène la tête du bébé en-dessous du niveau de la colonne vertébrale, ses bras et ses jambes vont spontanément s'étendre. A l'inverse, si on amène sa tête au-dessus du niveau de la colonne, ses bras et ses jambes vont fléchir.

 

 

Non intégré, ce réflexe amènera l'enfant à :

Ä  Avoir des difficultés à faire du sport

Ä  Marcher sur la pointe des pieds

Ä  Enrouler ses pieds autour de sa chaise

Ä  S’asseoir en W

Ä  Avoir des difficultés lors de la copie

Ä  Etre distrait

Ä  Vite se fatiguer à l'effort

Ä  Etre très lent

Ä  Avoir du mal à s'organiser

Ä  Avoir le vertige 

Ä  Avoir du mal à s'exprimer 

Ä 

Le Réflexe Tonique Asymétrique du cou (RTAC)

 

C'est un réflexe lié à la rotation de la tête : quand le bébé tourne la tête d'un côté, le bras et la jambe de ce côté s'allongent, en même temps que le bras et la jambe de l'autre côté se plient.

 

Non intégré, ce réflexe amènera l'enfant à :

Ä  Etre maladroit

Ä  Donner des coups (involontaires) à ses voisins de classe

Ä  Poser sa tête sur un bras pour écrire

Ä  Ne pas écrire droit, ni dans les lignes

Ä  Faire beaucoup de fautes ou/et oublier des lettres

Ä  Ne pas pouvoir lancer ou attraper un ballon

Ä  Confondre sa droite et sa gauche

Ä  Avoir du mal à s'habiller seul et à faire ses lacets

Ä 

 

 

Le Réflexe Tonique Symétrique du Cou (RTSC)

 

Lorsque le bébé est à genoux, ce réflexe s'active de deux façons : quand sa tête part en avant, ses bras se fléchissent et ses jambes se tendent ; quand sa tête part en arrière, ses bras se tendent et il s'assoit sur ses genoux pliés.

 

Non intégré, ce réflexe amènera l'enfant à :

Ä  S'asseoir en W ou une jambe repliée sous les fesses

Ä  Ne pas connaître sa droite et sa gauche

Ä  Faire des erreurs de copie (oubli de mots, inversement de lettres)

Ä  Ne pas pouvoir se situer dans le temps et dans l'espace

Ä  Balancer sa tête pour pouvoir réfléchir

Ä  Avoir un manque d'habileté oculomotrice

Ä 

 

 

Le Réflexe d'Agrippement

 

C'est le réflexe qui fait serrer très fort les doigts du bébé lorsqu'on stimule la paume de sa main avec un doigt ou un crayon. A tel point qu'on peut le soulever.

 

Non intégré, ce réflexe amènera l'enfant à :

Ä  Ne pas bien tenir son crayon

Ä  Se crisper et créer de grosses tensions musculaires (main, cou, dos) lors de l'écriture

Ä  Ecrire très lentement

Ä  Avoir besoin d'énormément de concentration pour faire une activité minutieuse

Ä  Jouer avec son matériel lorsqu'il écoute

Ä  Oublier rapidement ce qu'il veut dire lorsqu'il lève le doigt et est interrogé

Ä  Avoir du mal à changer d'avis ou à entendre l'avis des autres

Ä 

 

 

Le Réflexe de Galant

 

Lorsqu'on stimule le bébé de part et d'autre de sa colonne vertébrale, il incline son corps  dans la direction de la zone stimulée.

 

Non intégré, ce réflexe amènera l'enfant à :

Ä  Ne pas pouvoir tenir en place sur sa chaise

Ä  Avoir des mouvements incessants

Ä  Ne pas supporter d'avoir quelqu'un derrière lui car il appréhende qu'on lui touche le dos (se retourne souvent)

Ä  Avoir un comportement hyperactif

Ä  Avoir du mal à terminer son travail

Ä  Etre souvent fatigué, vite se fatiguer à l'effort

Ä  Avoir du mal à se concentrer

Ä  A demander souvent d'aller aux toilettes

Ä  Etre énurétique

Ä  Craindre les étiquettes des vêtements

 

Ä 

Ateliers hebdomadaires